Shura, ou l’ambiance totale 90’s qu’il te faut [Live Report]

À guichet fermé, la chanteuse Shura a tenu un concert top of the pops au Point Éphémère, et on y était donc on vous raconte. Retour sur la presta 100% in the 90’s de la Londonienne.

Jeudi dernier, nous avons eu la chance d’aller voir Kurt Cobain et Brigitte en concert. Faux ! Mais visuellement c’était tout comme. Si musicalement, les artistes cités n’ont rien à voir avec les popines Shura et Ekkah, on était quand même dans une ambiance à la The 1975, où t’as envie de ressortir tes meilleures tenues Hartley cœurs à vif et Buffy contre les vampires, tout ça, pour dodeliner de la tête en rythme, tous pouces en l’air.

Première partie : Ekkah, ou les Brigitte beaucoup plus funky town de Londres

Elles sont deux, belles, fraiches et pimpantes, et on vous en reparlera bien plus dans le prochain Jeudiscover, parce qu’elles méritent un article dédié, et parce qu’encore une fois on a vu une première partie impromptue qu’on connaissait déjà et qu’on avait oublié (Dan Humphrey en première partie de The Neighboorhood, je te vois…). Mais en un mot comme en douze, c’est de la pop funk bien chanté, sur sa sauce de petites chorées bien sympatoches et son coulis de groove. Du coup, on est qui pour pas kiffer ? Voilà.

Shura, ou la meuf qui s’est perdue dans les méandres de 2016

Alexandra, alias Shura, c’est un peu ta copine qu’aurait pas décidé d’assumer le 21e siècle, et qui a attendu, comme la mode, que son heure revienne. Et ça fait grave du bien là où ça passe. Mais pour être honnête, quand Nothing’s Real a commencé et que Shura a entamé le premier couplet, je n’ai pas pu m’empêcher de lâcher un « ohoh… » mi-cuite-mi-figue-mi-raisin. Yep yep. Je m’explique.

Car, si Shura chante très bien en live, elle a quand même une façon particulièrement d’interpréter ses morceaux. Moins formatées, ses versions sont parfois (très) loin de celles des studios, et ça peut surprendre, voire décevoir, certains gros fans qui voulaient chanter plus fort qu’elle avec elle.
Au-delà de ça, le show est bien ficelé, quoique bien trop court à mon goût. On a eu le droit au quelques XXX chansons, avec son plus gros succès, Touch, mais aussi Make It Up, Kidz nd Stuff, What Happened To Us, 2Shy et White Lights pour ne citer qu’elles, avant de partir sans faire d’encore (scandale !)

Set court, donc. Shura s’excuse, parce qu’elle dit être lente à écrire des chansons, moi je dis, quand c’est comme ça fait juste TOUT ton album et voilà. Mais pour 14€ le concert, avec un groupe da bomb comme Ekkah en première partie, Shura peut apparemment se le permettre. On attend du coup avec impatience ses prochains titres pour avoir un concert digne de ce nom, pas qu’on soit un peu restée sur notre faim mais quand même.

Instant kartofell : les grosses tranches de rire et de gloussade à la Adele, parce que ça ne coute pas plus cher de se faire les abdos sur scène.

[mixvisor auto_detection= »false » artists= »Shura, Ekkah, The 1975, En Vogue, CHVRCHES, Years & Years » id= »58557d686076285a482816bd » ]

Suivre / [Facebook]
Suivre / [Twitter]