Mura Masa et Bonzai saisissent le Café de la Danse [JeuDiscover]

Le vendredi 15 avril, nous avions rendez-vous au Café de la Danse à Bastille avec Mura Masa et sa chanteuse de feu Bonzai. Retour sur un concert aux ambiances de Peacock avant l’heure.

Dans JeuDiscover de la semaine, on vous présente Mura Masa et son acolyte Bonzai.
Chouchou de ses dames, Alex Crossan, alias Mura Masa sur scène, n’a que 19 ans, et à peine toutes ses dents. Ce qui ne l’empêchera pas de vous faire danser on the dancefloor comme des bêtes possédées en pleine soirée Peacock.
Entre l’électronique de Diplo, la trap, les influences hip hop, la langue japonaise, qu’on retrouve disséminé partout sur ses titres et la dance à l’ancienne, il surfe sur les différentes ambiances et se démarque par sa polyvalence, un peu comme le fait Madeon. La preuve, son dernier morceau, sorti le mois dernier, intitulé What If I Go :


L’histoire ? Mura Masa lance son propre label en 2013, parce qu’il n’a pas le temps, qu’il intitule Anchor Point Records, en collab avec Polydor et Interscope. À la suite de quoi, il sort Soundtrack to a Death en 2014 et Someday Somewhere en 2015, LP qui contient le maintenant bien connu Firefly feat. Nao. Deux albums trap dreamy, à faire tourner en boucle dans son bureau en grand jour d’enchillade stylax.

Pour cette tournée, Mura Masa voyage avec Bonzai, une artiste dublinoise qu’il a signé chez APR, et qui l’accompagne sur plusieurs morceaux dont Know Me Better et l’excellent Where Are U Now.

Et, sans vouloir vexé son ainé, Bonzai fait tout aussi bien voir mieux que Mura. Sans rire, son show était rythmé, bien dosé et tellement intéressant et différent des premières parties que l’on a pu voir, que Mura Masa apparut comme n’étant qu’une continuité logique de Bonzai, et pas comme le main act de la soirée. Sentiment décuplée par la présence de Bonzai sur les titres chantés de l’artiste, après tout quoi de mieux que sa voix pour remplacer Shura, Nao ou encore Jay Prince ? Voila.
En résumé, un Mura Masa un peu trop absent, pas du tout en phase avec son public, un peu planqué derrière sa table de travail, et une Bonzai au top d’elle-même. En soit on s’en fout, on est là pour la musique mébon…  Ajoute à ça que son set était ri-di-cu-le-ment court. Like, ridiculement. Les gens étaient là « mais reviens enfin » à la fin de la soirée, absolument pas rassasiés ! Mais on les comprend, on était pareille, 50 minutes environs de set pour celui qui a deux albums au top de la moumoute ? C’est fort dommage, on espère qu’il va se rattraper et vite le gustave !

L’instant Kartofell : il y avait des gustaves et autres jean-louis qui filmaient le public et les artistes en passant à un pet de chat du visage des uns et des nôtres, tout en se positionnant à des endroits absolument non stratégiques sur scène histoire de bien te niquer ta vibe (excuse my french). Tout ça pour filmer sur un Iphone 5. Le mec qui vit dans le passé quoi…

Annoncé en début de mois d’avril par les responsables de la programmation du festival, Mura Masa sera présent au festival We Love Green 2016, le samedi 4 juin pour être précise. Et nous tout ce qu’on pense c’est : oh yeaahh mon gars te loupe pas, nous on sait ! Car s’il sait faire danser une salle, on a aucun doute qu’il arrivera à faire bouger un parterre de woodstockeurs champêtres, en y mettant un peu du sien.
Avec un peu de chance, il amènera Bonzai dans sa valise, parce que sérieusement ce qu’elle déchire ! C’est pas normal d’avoir autant de présence scénique, et ça serait dommage de priver les festivaliers de cette jeune artiste en pleine essor.

Suivre / [Bonzai] sur Soundcloud
Suivre / [Mura_Masa] sur Soundcloud