Frank Ocean : Tout est pardonné [Album Review]

Après 4 ans de pur tease, après un faux album, après des annonces furtives et de la méchanceté gratuite envers ses pauvres fans en chien, Frank Ocean a enfin sorti son dernier album, Blond-e, et on a mis la main dessus.

J’avoue, j’ai douté de Frank Ocean. Butée comme une endive, j’ai tenu 4 jours avant d’écouter le fameux « Blond-e », par principe, et pour ne pas être déçue (trop de buzz tue voyez). Et finalement, I REGRET NOTHING. Tout est pardonné Francis. Reviens, que je te donne des cookies !

Retour sur cette sortie qui redonne espoir en 2016, parce que très franchement, sans la musique, tout le reste de cette année sentirait le moisi faisandé.

Bon, Frank Ocean, c’est qui déjà.

Frank Ocean, c’est un doudou de 28 ans, qui, l’air de rien, te porte grâce à sa voix d’ange, un narrateur de R&B saupoudré de rap, acclamé par la Terre entière, y compris ceux qui ne l’écoutent pas, parce que c’est ça le buzz, c’est que même si on sait pas de quoi ça s’agite, on sait que ça s’agite.

Si tu sais pas qu’il a sorti « channel ORANGE » en 2012, c’est que t’as pas de game et que t’as raté un sehr sehr très le bon album de R&B. Si les morceaux les plus connus sont « Sweet Life » ou encore « Thinkin Bout You« , tout l’album vaut la peine d’être vécu.

Et Blond-e, il vaut quoi ?

Bon, déjà, pour les curieux, Frank Ocean fait rien comme tout le monde et c’est tant mieux. Au lieu de créer des titres chelous (« The Life Of Pablo », I’m watching you), lui joue sur les genres. D’aucun dise que cette ambiguïté est relié à sa sexualité, d’autres choisissent de n’écrire qu’une version du titre de l’album, alors que les deux coexiste. Si c’est le masculin Blond, qui l’emporte sur la jaquette, le féminin Blonde est dominant pour l’album référencé, et nous on dira Blond-e parce que pourquoi choisir, alors que lui ne le fait pas. Il ne s’excusera ni de ses choix, ni de sa sexualité (il est bi, si vous voulez tout savoir), et il est pas là pour s’enfermer dans des visions limitées par l’homophobie de certains.

Parce que c’est ça, Frank Ocean, il s’en fout, il sort son album que sur Apple Music, pour faire chier Def Jam (aka Universal), à qui il donne les miettes de son visual album (mais c’est un autre sujet).
Il s’en fout parce que, sans s’excuser, il prend 4 ans pour accoucher son deuxième bébé, et que tu peux le trouver que sur une plateforme, qu’il le sort avec son label et donc qu’il récupère 70% des bénéfices, contre 14% dans son contrat précédent.
Il s’en fout, parce qu’il donne 17 titres dont 5 interlude, pour ponctuer son histoire, mais qu’il fait aussi des variantes, entre la version physique et streaming. Pourquoi donner tout un album quand ça peut finir en chasse à l’homme ?

Francis, c’est le mec qui demande a André 3000, Beyoncé, The Weeknd et j’en passe de poser sur son album, mais qu’on entend presque pas, parce que c’est des voix dans le fond, importante pour la mélodie, pour les parties rappées, mais ils sont clairement pas là pour lui voler la vedette, voyez.

N’en déplaise aux Inrocks, c’est grâce à son talent de narrateur que Franky nous transporte dans son monde, beaucoup intime, bien moins ficelé mais très personnel, de ses déboires amoureux. À travers des riffs de guitares limite indé, des orgues aux consonances gospeleuses (on pense notamment à « Solo »), cet artiste se transforme peu à peu en un guide spirituel toujours à la recherche de lui-même, storyteller un brin weedé, parce que Marie Jeanne n’est jamais très loin, malgré les conseils de sa mère sur la piste « Be Yourself ».

En sus de la version physique et les bonus de la version Apple, Francis sait qu’il a beaucoup à se faire pardonner et propose un magazine de 360 pages (rien que ça) intitulé « Boys Don’t Cry », qu’on peut s’acheter qu’aux US (forcément). Avis aux amateurs !

Comme on aime pas les spoils, on va pas vous faire un descriptif des titres (et parce que la flemme), on va juste vous laisser avec le clip du premier morceau de l’album, « Nikes », qui vient tout juste de sortir. Enjoie !

 

Suivre / [Son Tumblr officiel ou il poste plein de trucs en douce]